Voromon de News

21 juin 2019

La dette toxique

Dans le cadre d'un colloque qui s'est déroulé à Naples récemment, un économiste a voulu s'exprimer en termes simples au travers d'une histoire. Il était une fois un patron. Celui-ci gérait une entreprise se déveleppant à grande vitesse. La richesse qu'elle créait permettait à son dirigeant de dîner chaque semaine dans un restaurant étoilé et d'ajouter tous les deux ans une nouvelle Rolex à sa collection. Très progressivement, néanmoins, les bénéfices de l’entreprise se sont mis à décroître. Le boss n’osait pas confesser à sa femme et ses enfants que l’entreprise était en difficulté. Il n'avait pas le courage de leur dire qu'ils ne seraient plus en mesure de dîner aux meilleures tables et qu'il allait devoir lever le pied avec sa collection de montres en or qui brille. Mais tandis qu'il était désespéré à cette idée, il a soudain découvert cette chose qu'on appelle crédit. Il s’est mis alors à emprunter de plus en plus d’argent pour conserver sa qualité de vie. Les perspectives de croissance à venir de ses bénéfices servaient de garantie pour les emprunts. Grâce à ces derniers, les dîners dans de grands restaurants étaient toujours aussi nombreux qu'avant et les apparences étaient sauves. En apparence, donc, il ne semblait y avoir aucune nécessité de remodeler l’entreprise ou de la réorienter pour la relancer. Et durant tout ce temps, les arriérés continuaient à grossir. Les prêts avaient en effet un double effet toxique: ils ne faisaient qu’empirer la somme due et empêchaient ce patron de réagir face au déclin de son entreprise. L'abîme de plus en plus grand qui se creusait entre les perspectives de croissance et les dettes engrangées était en soi problématique. Mais avec un train de vie au-dessus de ses moyens, cet homme allait tout droit à la catastrophe. Cette histoire n'est pas si banale qu'il y paraît : car c'est en fait celle d'une majorité de pays occidentaux ! Comme l'a démontré l'intervenant de ce colloque à Naples, depuis les années 70, l'Occident s'est habitué à vivre au-dessus de ses moyens, à acheter de la richesse à crédit. Cette masse de dettes a permis la croissance économique et une nouvelle amplification des prestations sociales. Mais cet endettement a fait que l'Occident n'a pas vu, ou pas voulu voir, la dégradation progressive du potentiel de croissance à l'oeuvre. Il en résulte que la prochaine génération aura avant tout à régler les dettes de ses aînés si elle veut compter à nouveau sur les bienfaits de l'État-Providence. Suivez le lien pour toute information sur ce séminaire à Naples.

Posté par voromon12 à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juin 2019

Brexit : Comment Se Préparer à La Sortie Du Royaume-Uni De L'Union Européenne ?

À compter du 30 mars 2019, le Royaume-Uni deviendra un pays tiers. Le Royaume-Uni et l’Union européenne négocient actuellement les modalités de cette sortie. Deux principaux scénarios sont possibles : - si l'accord de retrait est ratifié avant le 30 mars 2019, le droit de l'Union européenne cessera de s'appliquer au Royaume-Uni à partir du 1er janvier 2021, c'est-à-dire après une période de transition de 21 mois; - si l'accord de retrait n'est pas ratifié avant le 30 mars 2019, il n'y aura pas de période de transition et le droit de l'Union européenne cessera de s'appliquer au Royaume-Uni à partir du 30 mars 2019. Il s'agit là du scénario du «no deal» ou de la «rupture brutale». Quelles conséquences aura le Brexit ? Introduction de nouveaux contrôles aux frontières extérieures de l’Union européenne avec le Royaume-Uni, rétablissement éventuel des droits de douane, réorganisation des circuits logistiques et d’approvisionnement, modification des règles de certification, problèmes juridiques de la continuité des droits acquis et des contrats, règles applicables aux transferts de données, les conséquences vont toucher une multitude de secteurs. Vous vendez des biens ou fournissez des services au Royaume-Uni ? Vous achetez des biens ou utilisez un prestataire de services établi au Royaume-Uni ? Vous disposez d’une filiale ou effectuez des missions au Royaume-Uni ? Vous avez des salariés au Royaume-Uni ? Vous avez des brevets ou des marques européennes actives au Royaume-Uni ? Vous êtes impliqué dans un projet européen avec un ou des partenaires britanniques ? L’un de vos clients ou fournisseurs est dans cette situation ? Il vous appartient de vous préparer à tous les niveaux et à toutes les issues. Comment se préparer et en bénéficier ? Dans le cadre de leur rôle d’analyse et de conseil, les directions du ministère de l'Économie et des Finances sont à votre écoute pour vous aider à prendre les mesures appropriées, quel que soit le scénario : réaliser un diagnostic, anticiper les effets du Brexit pour en atténuer l'impact et prendre des stratégies adaptées. La direction générale des Entreprises La direction générale des entreprises (DGE) met à votre disposition une adresse de courriel dédiée pour toute question liée à l’impact du Brexit sur votre entreprise : Brexit.entreprises@finances.gouv.fr. En régions, les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE) vous accompagnent et vous conseillent pour anticiper le Brexit. Comment évaluer l'impact du Brexit sur votre entreprise et prévoir les mesures à prendre ? Au sommaire : - Connaître les négociations du Brexit : Où en sommes-nous ? Quelles conséquences pour les entreprises ? - Comprendre l'impact du Brexit et se préparer aujourd'hui à tous les scénarios : Êtes-vous concerné ? Comment vous préparer?

Posté par voromon12 à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2019

Pas comme dans Top Chef

Mardi dernier, j'ai fait un cours de cuisine Là. Et là, si vous ne vous tapez pas la tête contre les murs en lisant ça, c'est que vous ne me connaissez pas. Celui qui me connaît ne peut que s'écrouler de rire en apprenant ça. Parce que il n'y a encore pas si longtemps, il y avait autant de chances de me voir cuisiner que de gagner au Loto. J'ai détesté cuisiner. Lorsque ma femme partait voir ses parents, je devenais le meilleur client des livreurs à domicile. j'entrais dans une cuisine, j'étais comme  un tigre à qui on demande de mettre un slip. Et lorsque mon épouse me demandait d'être son apprenti, elle jetait l'éponge rapidement. Pierre Richard était plus adroit que moi. Ca finissait toujours de la même façon :.  Et je peux vous dire qu'elle n'avait pas besoin de me le dire deux fois ! Maintenant, je ne saisis plus très bien mon comportement. Le fait de cuisiner me donnait des boutons, j'étais pris de doutes existentiels pour les actes les plus faciles. Jusqu'au jour où l'envie de cuisiner m'est tombée dessus par hasard. Sans doute ai-je passé trop de soirées à voir Gordon Ramsay pousser à bout des cuisiniers dans Cauchemar en cuisine. Sur un coup de tête, j'ai décidé de cuisinier le repas de famille. Oh, rien de bien complexe : un chili. Ca a été une catastrophe et l'on a fini par tout jeter à la poubelle. Mais quelques jours plus tard, j'ai fait une seconde tentative. Puis j'ai pris l'habitude. Ma femme tentait de me faire renoncer car mes plats étaient atroces. Mais petit à petit, j'ai commencé à devenir bon. Et voyant que j'y prenais goût, ma femme a décidé m'offrir ce cours de cuisine. Je n'y suis certes pas devenu un un cuisinier d'exception, mais je suis aussi fier qu'un gamin devant son premier diplôme ! Pour plus d'informations, allez sur le site de cette expérience de atelier de cuisine .

Posté par voromon12 à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2019

Brexit, un deuxième référendum

Lorsqu'ils ont entendu le résultat du référendum sur le Brexit ce 24 juin 2016 aux aurores, ils ont reçu un coup de poing en plein plexus. Quitter l'Union européenne (UE), comme ça, sur un vote ? Impossible. Ils n'y croyaient pas. La plupart ont voté pour rester dans l'UE, mais certains ne se sont pas déplacés - pas motivés, pas assez inquiets ou trop jeunes pour mettre un bulletin dans l'urne - et d'autres ont voté Brexit pour revendiquer leur identité "so British" en pensant que le vote "Leave" ("sortir") ne passerait… jamais. Tous veulent une deuxième chance, un deuxième référendum, un deuxième vote. Et, alors que le sommet européen des 17 et 18 octobre s'est achevé sans accord sur les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, ils se rassemblent ce samedi 20 octobre pour une grande marche dans Londres. Peter Cook, un consultant devenu activiste qui ne quitte pas son t-shit "Fuck Brexit", affirme, résolument optimiste : Qui sont ces militants de People's Vote ? A quoi ressemblent-ils ? Comment se mobilisent-ils ? Ont-ils une chance d'obtenir gain de cause ? "L'Obs" les a rencontrés. Brexit : 4 questions sur l'impasse entre Theresa May et l'UE "Every step you take, I'll be watching you" Près de la station de métro Tower Hill, à l'heure de la sortie des bureaux, Peter Cook et son groupe de musique Rage Against the Brexit Machine (un clin d'œil au groupe de rap metal américain, Rage Against the Machine) attirent les regards et les sourires des passants. Passionné de management et de rock, ce consultant a décidé de combattre le Brexit avec le sourire. Pour ouvrir la discussion - c'est comme cela que nous l'avons rencontré -, il a customisé ses t-shirts blancs : "Fuck Brexit" d'un côté, "Bollocks to Brexit" de l'autre. Son opinion est claire. Pour son groupe, ce sont les grands tubes britanniques qu'il a réécrits, comme ce "Space Oddity" de David Bowie devenu "Brexit Oddity", Major Tom appelant Theresa May, la Première ministre britannique, pour lui demander d'arrêter le compte à rebours ! Ce jour-là, Peter Cook joue pour convaincre les Londoniens de venir en masse à la marche de ce samedi et réclamer un deuxième vote. Il leur présente aussi sa dernière création. Une "chanson poignante", prévient-il : "In Limbo", qui mixe toutes les langues de l'Europe. Signe pour lui de la popularité de sa cause, elle se vend bien sur Amazon : Une fois la ruée vers le métro passée, le groupe se dirige vers le 10, Downing Street et se plante devant les bureaux de Theresa May pour lui jouer sa chanson préférée : "Dancing Queen", de Abba. Peter Cook sait qu'il agace la chef du gouvernement mais ne renonce pas pour autant. Il veut faire passer deux messages : considérez la possibilité d'un nouveau vote et nous surveillons étroitement la négociation avec Bruxelles et les fausses promesses du Brexit. Pour que Theresa May comprenne que les opposants au Brexit, qui ont sans doute raté la campagne référendaire, ne se tairont plus, le consultant lui a chanté la chanson de Police : "Every step you take, I'll be watching you” ('je surveillerai chacun de tes pas')", fredonne-t-il en rigolant. Il raconte.

Posté par voromon12 à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2019

La liberté sur la route

Récemment, j'ai effectué un stage de pilotage: j'ai conduit une Ferrari Italia pendant un stage de pilotage et j'ai pu la tester sans la moindre entrave : sur un circuit de course où j'ai pu la pousser dans ses retranchements. Un pur moment d'adrénaline. J'ai adoré pouvoir piloter dans ces conditions. J'aime les sensations de la route, ce n'est pas ça le problème. Cependant, au quotidien, je dois reconnaître que je ne prends plus autant de plaisir sur la route. Avec la routine du trajet et les réductions de vitesse y contribuent pour beaucoup : la conduite est devenue résolument barbante. Et c'est même assez agaçant, si on compare au passé. Il n'y a encore pas très longtemps, la conduite automobile était un ravissement. Je me rappelle que pendnat mon enfance, on pouvait monter à huit dans une voiture. Et puis des ronds-de-cuir se sont sentis obligés de mettre le holà. C'est vrai qu'il faut poser des limites. Mais nous évoluons vraiment dans une société de plus en plusrationalisée. Je ne serais pas étonné que dans quelques années, l'on nous fasse conduire sur des autoroutes plafonnées à 60 km/h (à l'exception des politiques qui peuvent bien entendu déroger à la règle). Et si cette idée vous semble inconcevable, prenez le temps d'y penser. Le pire, c'est que cette protection, c'est qu'elle est contre-productive. On le voit bien avec les allergies qui se sont propagées depuis qu'on javellise les maisons. Tout excès est funeste, et ce que les autorités font pour notre sécurité est en soi un excès. C'est simple : quand je vois un panneau de limitation de vitesse, je me sens soudain une âme de rebelle. Si l'aventure vous tente, voilà le site sur lequel j'ai trouvé ce stage de pilotage. Quant à moi, je m'en vais de ce pas chercher un cadeau de Noël pour ma chère et tendre... Retrouvez toutes les infos sur ce stage de pilotage en Ferrari en suivant le lien.

ferrari (18)

Posté par voromon12 à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2019

L’économie de Trump

Paul Grilli se rappelait clairement de l'implosion. C’était le 28 avril 1982 et l’individu originaire de Youngstown, dans l’Ohio, se tenait en face du Ohio Works d’Us US Steel, l’une des dernières usines massives de la ville. Son père était un métallurgiste au chômage. La famille a assisté à l'effondrement de quatre hauts fourneaux détruits à la dynamite quelques années après la fermeture des lieux. C'était la fin symbolique d'une époque. Une énorme entreprise américaine avait été dévastée par la concurrence japonaise. Les industries de l'acier, de l'aluminium et de l'automobile semblaient mourir. «Mon père, mon oncle, mon grand-père, ils avaient tous perdu leur emploi. Ils ne savaient pas ce qui allait se passer », a rappelé Grilli. Aujourd'hui, Youngstown est un endroit très différent: réduit, moins industriel, mais pas postindustriel. Grilli fournit maintenant des lingots d'aluminium à des clients industriels du Midwest. Il a des amis qui travaillent pour une société prospère appelée Youngstown Tool & Die, le type d'entreprise Rust Belt qui, comme US Steel, prospérait il y a longtemps, lorsque l'économie américaine était à son comble. et son secteur manufacturier n'a pas été contesté par la concurrence étrangère. Mais Youngstown Tool & Die, qui fournit des équipements aux producteurs d’aluminium pour transformer le métal en une grande variété de produits, était également plus agile. Il survit à ce jour et, en ce moment même en plein essor économique, est en plein essor. L’été dernier, la société a annoncé qu’elle dépenserait 13 millions de dollars pour la construction d’une nouvelle usine et qu’elle ajouterait 57 employés, soit une augmentation de 20%. Le plan d’expansion, a déclaré son directeur général, Dave Mrdjenovic, était fonction de la "très forte économie", des avantages que la société avait retirés de la réduction de l’impôt sur les sociétés que l’administration Trump avait adoptée et d’un environnement réglementaire "stable". La société espère maintenant augmenter ses ventes à l’échelle nationale et commencer à exporter au Canada et au Mexique. En ce sens, Youngstown Tool & Die est l’un des affiches de «Trump-onomics». Au milieu de la folie de l’époque de Trump, les rumeurs selon lesquelles le 25e amendement est utilisé pour révoquer le président, l’enquête en cours dans Mueller sur la prétendue collusion russe, le l'intensification de la guerre commerciale avec la Chine, les tweets incessants, les prises de décision irrégulières et impulsives - les fonctionnaires de l'administration estiment pouvoir affirmer sans équivoque qu'ils sont propriétaires de l'économie.

Posté par voromon12 à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2018

Une charte de gestion dans l'aviation

Aircraft Charter and Management est une entreprise hautement réglementée et hautement spécialisée. La relation entre un propriétaire d'avion et sa société de gestion est unique; c'est plus proche d'un partenariat que d'une relation fournisseur / client traditionnelle. Lorsqu'il s'agit de sélectionner une entreprise pour la gestion de l'avion, la plupart des propriétaires souhaitent embaucher une entreprise possédant une expérience approfondie, des cotes de sécurité élevées et une entreprise qui comprend et respecte les exigences du propriétaire en matière de transport aérien. Dans cet article, nous discuterons des domaines clés qui différencient le choix et la société ACM. - L'expérience est l'un des facteurs les plus importants. Lorsque vous recherchez un affrètement d'avions et un spécialiste en gestion, vous devez tenir compte de leur expérience. Ceci est extrêmement important car il détermine en grande partie le type de services que vous pouvez attendre d'eux. Si nécessaire, demandez à l'entreprise potentielle d'offrir des références d'anciens clients ayant des profils d'avions et de mission similaires. - Tenez compte de leurs cotes de sécurité. Il existe des organisations bien connues et respectées comme Argus, Wyvern, IS-BAO et la Air Charter Safety Foundation, qui évaluent les sociétés ACM en fonction de leur dossier de sécurité. Demandez à la société de gestion potentielle ses évaluations de ces organisations. - Qui sont leurs clients? Alors que de nombreuses organisations et certains propriétaires d'avions préfèrent la confidentialité, certains peuvent être utilisés comme référence. Au minimum, un opérateur de MCC devrait être en mesure de fournir un profil de ses clients sur une base "aveugle" pour examen. - Quelle est leur expertise? Une société de gestion potentielle devrait pouvoir vous fournir un résumé de ses spécifications d'exploitation, ou OPSPECS, afin que vous puissiez mieux comprendre leurs capacités. Ceci est particulièrement important pour les propriétaires qui envisagent de voyager en dehors des États-Unis. - Comment mesurent-ils le succès? Une autre façon de dire ceci est quel type de rapport allez-vous recevoir? La plupart des propriétaires d'avions gérés reçoivent un récapitulatif mensuel détaillant chaque vol, chaque transaction de maintenance, etc. En tant que propriétaire, vous avez le droit de recevoir les informations que vous souhaitez, quel que soit le format de votre choix. Si vous avez l'habitude d'examiner les rapports de performance d'une manière ou d'une autre, vous devriez également être en mesure de personnaliser vos rapports d'activité. Si vous le souhaitez, vous pouvez même configurer une interface de données automatisée pour transférer électroniquement ces informations. Enfin, vous devez comprendre la proposition de valeur. Toutes les entreprises ne peuvent pas gérer efficacement les exigences de gestion et cela ne peut qu'accroître vos coûts globaux. L'embauche d'une société de gestion de l'aviation a pour seul objectif de contrôler étroitement les opérations et d'accroître l'efficacité et la transparence. À moins que la société de gestion puisse répondre à vos attentes dans ces domaines, il est peu probable que vous puissiez vous attendre à de bons rendements en termes de service client et de livraison. Veuillez considérer ces domaines comme votre charte d'avion de diligence et vos sociétés de gestion pour votre utilisation potentielle. Si vous préférez faire appel à un consultant tiers, cela peut également vous apporter le confort que vous recherchez, à savoir que les sociétés ACM potentielles ont été correctement sélectionnées pour répondre à vos besoins. Retrouvez toutes les infos sur ce baptême en Mirage en suivant le lien.

Posté par voromon12 à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2018

L’adresse de Lincoln

Quand Abraham Lincoln a livré ceci, peut-être le plus cité de tous les Américains discours, il était le président d'un pays divisé. La guerre civile américaine avait enflammé depuis plus de deux ans et demi, à un coût de plus d'un quart de million les âmes. L’une des batailles les plus sanglantes du conflit s’est déroulée à moins de quatre mois plus tôt à Gettysburg, en Pennsylvanie. La lutte de trois jours a laissé près de 8 000 morts, soit plus de trois fois la population de la petite ville. Face à la nécessaire de ré-enterrer les morts de leurs tombes de champs de bataille, une nation Le cimetière a été créé. Lors de la cérémonie de dédicace, devant une foule estimée de 15 000, Lincoln a fait sa célèbre adresse. Il y a quatre ans, nos pères ont fait naître sur ce continent une nouvelle nation, conçue dans la liberté, et dédiée à la proposition que tous les hommes sont créés égaux. Maintenant, nous sommes engagés dans une grande guerre civile, nous essayons de savoir si cette nation, ou n'importe quelle nation. ainsi conçue et dévouée peut durer longtemps. Nous sommes rencontrés sur une grande bataille- domaine de cette guerre. Nous sommes venus consacrer une partie de ce champ, en guise de repos place pour ceux qui ici ont donné leur vie pour que cette nation puisse vivre. C'est tout à fait approprié et approprié que nous devrions le faire. Mais, dans un sens plus large, nous ne pouvons pas dédier - nous ne pouvons pas consacrer - nous ne pouvons pas sanctow-ce sol. Les hommes courageux, vivants et morts, qui ont lutté ici, ont consacré, loin au-dessus de notre faible pouvoir d'ajouter ou de nuire. Le monde sera peu remarquez, ne vous souvenez plus longtemps de ce que nous disons ici, mais il ne peut jamais oublier ce qu'ils ont fait ici. C’est à nous, les vivants, de nous consacrer ici au travail inachevé que ceux qui ont combattu ici ont jusqu'à présent si noblement avancé. C'est plutôt à nous de être ici dédié à la grande tâche qui nous reste à faire: que ces honorés morts nous prenons une dévotion accrue à cette cause pour laquelle ils ont donné la dernière mesure complète. sûr de la dévotion - que nous résolvons ici avec force que ces morts ne soient pas morts vain - que cette nation, sous Dieu, aura une nouvelle naissance de la liberté - et que gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne périra pas de la Terre.

Posté par voromon12 à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2018

Une lune de miel américaine

Aujourd'hui, les États-Unis sont la destination la plus recherchée pour les nouveaux mariés. Avec autant d'endroits où aller, combinés à un large éventail d'activités aventureuses, vous obtiendrez le meilleur cadre pour les couples en lune de miel. Aux Etats-Unis, tout moment de l'année est propice à une lune de miel romantique, car il y a beaucoup à faire toute l'année. Tout ce que vous avez à faire est de vous décider où vous voulez aller. La Floride, les Poconos et Las Vegas sont les favoris des touristes. Voyons pourquoi. Floride Populairement connue sous le nom de «état du soleil», la Floride est un pays absolument charmant et inondé de splendeurs naturelles, caractéristiques qui font de ce pays l'une des destinations de lune de miel les plus populaires. Cette destination est facilement accessible depuis la plupart des grandes villes et offre la meilleure et la plus sauvage des activités pour les jeunes en lune de miel. Si vous êtes aventureux, vous pouvez pratiquer des sports tels que l'escalade, le parapente, le parachute ascensionnel, le parachutisme, la montgolfière, l'observation des dauphins, l'observation des oiseaux et bien d'autres choses encore. Les romantiques trouveront la plage de Miami dotée de richesses naturelles. Coconut Groves et Coral Gables le long de l'énorme étendue des amateurs de leurres d'eau chaude. Découvrez également le centre spatial Kennedy, le parc national Dry Tortugas, le parc d'attractions Busch Gardens et Adventure Land, ainsi que le National Wildlife Refuge de Merritt Island lors de votre voyage en Floride. Inutile de dire que vous ne devez pas manquer les boîtes de nuit, les musées, les théâtres et explorer d’autres lieux de divertissement dans les splendides villes. Poconos Les poconos dans les collines de Pennsylvanie offrent une exotica pure pour les couples en lune de miel. Les hôtels d'ici s'assurent que toutes les exigences du couple en lune de miel sont satisfaites, pour créer avec succès une atmosphère d'érotisme absolu, idéale pour faire l'amour. Poconos est synonyme non seulement d'échauffement dans le lit, mais aussi d'autres activités passionnantes et aventureuses telles que le ski nautique, la motoneige, le racquetball, le tir à l'arc, le golf, le tennis intérieur / extérieur et le pédalo. Des vues magnifiques et des chambres privées dans les hôtels les plus prestigieux et les plus luxueux sont les spécialités des Poconos. Pendant votre voyage de noces à Poconos, vous devez visiter Bushkill Falls, le parc animalier Claws 'N' Paws, le parc d'attractions Costa's Family Fun, le parc aquatique et de loisirs Carousel, le parc aquatique Shawnee Play, Cherry Valley Vineyards and Animal de ferme. A lire sur le site de voyage incentive à New York.

Posté par voromon12 à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2018

Une direction de l’évaluation face à des obstacles de principe jugés insurmontables

Aucun des dispositifs de suivi individualisé des élèves n’a fait l’objet d’une évaluation. Interrogés par la Cour, le ministère comme les académies reconnaissent ne disposer d’aucun élément d’évaluation des effets de ces dispositifs sur les élèves qui en bénéficient. Un certain nombre d’obstacles sont mis en avant par la DEPP: sa sollicitation tardive qui ne lui permet pas de récupérer des informations essentielles en amont des changements ou ne peut orienter l'expérimentation de façon à pouvoir l'évaluer, une organisation des dispositifs qui limite leur évaluation scientifique par défaut d’échantillon témoin, dit « contrefactuel ». Ces obstacles méthodologiques sont la résultante de questions de principe qui ne sont pas levées. Par exemple l’exhaustivité à laquelle s’oblige le ministère dans l’application de ces dispositifs entrave la réalisation d’expérimentations préalables sur un groupe restreint et empêche de mesurer la plus-value d’un nouveau dispositif entre bénéficiaires et nonbénéficiaires de la mesure. Or le ministère a parfois dérogé à cette contrainte : une expérimentation des « programmes personnalisés de réussite éducative » (PPPR) à l’école et au collège a été conduite en 2005-2006 dans quelques établissements et les inspections générales en ont dressé le bilan. Nombre de pays étrangers ne s’obligent pas à l’exhaustivité : deux évaluations de référence, l’une aux États-Unis (le programme STAR de l’État du Tennessee en 1985), l’autre au Danemark (expérimentation « Deux enseignants dans la classe » en 2012-2013), reprise d’ailleurs dans la littérature nationale, reposent sur des expériences comparant les résultats des élèves d’écoles-tests et d’écoles-témoins. Le second obstacle invoqué réside dans l’impossibilité d’isoler les effets d’un dispositif par rapport à un autre : la situation est en effet rendue difficile en France par la simultanéité et la multiplicité des réformes entreprises. Il suffit de rappeler que les PPRE ont été créés en 2005, que l’accompagnement éducatif a été introduit en 2007, que l’aide personnalisée a été en vigueur dans les écoles de 2008 à 2013, avant d’être remplacée par les activités pédagogiques complémentaires, ou encore qu’ont été introduits en même temps par la réforme du lycée l’accompagnement personnalisé, les stages de remise à niveau, les stages de langue, les stages passerelles et le tutorat. Il ne tient qu’au ministère de limiter le nombre de réformes conduites simultanément dans un même niveau d’enseignement. La mesure de leur efficacité s’en trouvera facilitée et renforcée. Il est remarquable qu’une politique de différenciation des pédagogies, largement revendiquée et appuyée par les ministres successifs, n’ait jamais fait l’objet d’évaluation, globalement ou dispositifs par dispositifs. Certes leur instabilité rend peu aisée une approche rigoureuse sur une période d’observation suffisante. Mais c’est justement ce qu’il eût été nécessaire de faire avant toute modification ou substitution d’un dispositif par un autre. Cet exemple illustre également les défauts de réaction par rapport à des carences évaluatives repérées par les inspections générales, ainsi que la réticence à s’engager dans des expérimentations différenciant durablement le traitement des élèves.

Posté par voromon12 à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]